Autotour Anjozorobe

LA FAUNE MALGACHE – 15 JOURS

A Madagascar, la faune est partout ! Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest… mammifères, reptiles, batraciens, poissons, papillons et oiseaux peuplent ce sanctuaire de la nature. Madagascar National Parks gère 43 parcs, mais ce sont près de 120 zones protégées qui sont réparties à travers le pays sous diverses catégories.
Difficile de ne rien oublier tant cette faune, dont le taux d’endémisme atteint 80%, est riche et diversifiée.
Elle est présente sur toute l’île, au cœur de la forêt sèche ou humide, dans la savane et le bush épineux, au fond des canyons, au bord des lacs et rivières… et bien sûr, dans les magnifiques fonds marins de l’Océan Indien.
Nous allons à la rencontre de ce patrimoine unique au cœur des réserves et des parcs nationaux parmi les plus renommés de Madagascar.

LA FAUNE MALGACHE – 15 JOURS Lire la suite »

A Madagascar, la faune est partout ! Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest… mammifères, reptiles, batraciens, poissons, papillons et oiseaux peuplent ce sanctuaire de la nature. Madagascar National Parks gère 43 parcs, mais ce sont près de 120 zones protégées qui sont réparties à travers le pays sous diverses catégories.
Difficile de ne rien oublier tant cette faune, dont le taux d’endémisme atteint 80%, est riche et diversifiée.
Elle est présente sur toute l’île, au cœur de la forêt sèche ou humide, dans la savane et le bush épineux, au fond des canyons, au bord des lacs et rivières… et bien sûr, dans les magnifiques fonds marins de l’Océan Indien.
Nous allons à la rencontre de ce patrimoine unique au cœur des réserves et des parcs nationaux parmi les plus renommés de Madagascar.

Pays betsileo

Le Fanorona école de la vie

Le Fanorona (prononcer Fanourne) est un jeu de société combinatoire abstrait indigène à Madagascar (source : Wikipédia).On dit qu’il est typiquement malgache, attribué à l’imagination fertile du prince Andriantompokoindrindra(vers 1600) d’Ambohimalaza.

Toutefois, le diagramme du fanorona présentant des similitudes avec celui du jeu de l’Alquerque tendrait à rendre plus probable l’hypothèse d’un jeu apporté vers 1300 après JC par les marchands arabes sur l’île, puis transformé par ses habitants. Le diagramme du fanorona ressemble en effet à une juxtaposition de 2 diagrammes de l’Alquerque.

L’Alquerque est originaire de l’Egypte antique (1000 avant JC), pratiqué dans tout le Moyen-Orient. Il est arrivé en Europe par la péninsule ibérique et a donné naissance au jeu de dames.

Plusieurs diagrammes taillés à même le roc ont été retrouvés dans la région d’Antananarivo, notamment celui d’Alasora, l’un des plus anciens (entre 1500 et 1600) et à Ambohimanga.
Le fanorona est un jeu d’initiation à la stratégie de guerre et selon les croyances ancestrales, un moyen de divination ou d’augure : le vainqueur d’une partie saurait exercer le pouvoir ou réussirait dans sa future entreprise, le vaincu obtenant par la même un présage d’échec.

Comme dans l’Alquerque, le gagnant est celui qui capture tous les pions de l’adversaire ou les empêche de se déplacer.

Le Fanorona école de la vie Lire la suite »

Le Fanorona (prononcer Fanourne) est un jeu de société combinatoire abstrait indigène à Madagascar (source : Wikipédia).On dit qu’il est typiquement malgache, attribué à l’imagination fertile du prince Andriantompokoindrindra(vers 1600) d’Ambohimalaza.

Toutefois, le diagramme du fanorona présentant des similitudes avec celui du jeu de l’Alquerque tendrait à rendre plus probable l’hypothèse d’un jeu apporté vers 1300 après JC par les marchands arabes sur l’île, puis transformé par ses habitants. Le diagramme du fanorona ressemble en effet à une juxtaposition de 2 diagrammes de l’Alquerque.

L’Alquerque est originaire de l’Egypte antique (1000 avant JC), pratiqué dans tout le Moyen-Orient. Il est arrivé en Europe par la péninsule ibérique et a donné naissance au jeu de dames.

Plusieurs diagrammes taillés à même le roc ont été retrouvés dans la région d’Antananarivo, notamment celui d’Alasora, l’un des plus anciens (entre 1500 et 1600) et à Ambohimanga.
Le fanorona est un jeu d’initiation à la stratégie de guerre et selon les croyances ancestrales, un moyen de divination ou d’augure : le vainqueur d’une partie saurait exercer le pouvoir ou réussirait dans sa future entreprise, le vaincu obtenant par la même un présage d’échec.

Comme dans l’Alquerque, le gagnant est celui qui capture tous les pions de l’adversaire ou les empêche de se déplacer.

L’artisanat à Madagascar

Que ce soient les objets usuels de la vie de tous les jours, mais aussi les jeux, les instruments de musique ou les objets ornementaux à caractère sacré ou artistique, l’artisanat malgache est riche en matières naturelles…

La faculté de tirer partie de son environnement y a engendré une multitude d’objets aux formes et aux couleurs originales. Aujourd’hui le phénomène mondial du retour à la nature et aux matériaux authentiques place Madagascar parmi les pays à fort potentiel artisanal.

Le papier « Antemoro »

Procédé séculaire inventé par les premiers migrants arabes pour retranscrire le Coran fortement endommagé par la traversée en mer lors de leur migration, et actuellement l’un des fleurons de l’artisanat malgache, le papier Antemoro est redécouvert au début du siècle par Pierre Mathieu qui avait créé une entreprise à Ambalavao, toujours en fonctionnement. Le papier est fabriqué à partir de la pâte d’un mûrier sauvage appelé Avoha, de son nom scientifique Bosqueia danguyana, qui pousse dans tout le corridor forestier formant la façade orientale de Madagascar. Entièrement réalisé à la main et séché « au clair de lune », le papier est de couleur blanc écru. Relativement épais et granuleux, on y incruste parfois des fleurs séchées très décoratives. Son utilisation couvre la reliure, les papiers à lettres, enveloppes, les abats jours, la tapisserie.

L’artisanat à Madagascar Lire la suite »

Que ce soient les objets usuels de la vie de tous les jours, mais aussi les jeux, les instruments de musique ou les objets ornementaux à caractère sacré ou artistique, l’artisanat malgache est riche en matières naturelles…

La faculté de tirer partie de son environnement y a engendré une multitude d’objets aux formes et aux couleurs originales. Aujourd’hui le phénomène mondial du retour à la nature et aux matériaux authentiques place Madagascar parmi les pays à fort potentiel artisanal.

Le papier « Antemoro »

Procédé séculaire inventé par les premiers migrants arabes pour retranscrire le Coran fortement endommagé par la traversée en mer lors de leur migration, et actuellement l’un des fleurons de l’artisanat malgache, le papier Antemoro est redécouvert au début du siècle par Pierre Mathieu qui avait créé une entreprise à Ambalavao, toujours en fonctionnement. Le papier est fabriqué à partir de la pâte d’un mûrier sauvage appelé Avoha, de son nom scientifique Bosqueia danguyana, qui pousse dans tout le corridor forestier formant la façade orientale de Madagascar. Entièrement réalisé à la main et séché « au clair de lune », le papier est de couleur blanc écru. Relativement épais et granuleux, on y incruste parfois des fleurs séchées très décoratives. Son utilisation couvre la reliure, les papiers à lettres, enveloppes, les abats jours, la tapisserie.

Copyright ©2024 Sense Of Oceans | Crédits : Christophe ALIAGA